Everybody dance now!

Publié le par Tehina

Exit l’Univers, ou le White Paradise, lieu de rencontre des jeunes entre Rombas et Mezieres-les-Metz .

Ce soir, c’est décidé, je serai maître du monde. Rien de plus facile, pour cela, que de se rendre sur le toit du Nile Hilton, au Mojito Sky Lounge.



La « jeunesse dorée » y a ses habitudes. Les jeunes expats aussi. On pourrait comparer cet endroit aux plages privées de Saint Tropez, la ou Ferraris et magnums de champagne sont de rigueur, a ceci près qu’il n’est pas nécessaire de conduire une Audi TT ou une Porshe Boxter pour y entrer. Non. Il suffit d’être riche et/ou étranger. Etranger et pauvre fonctionne aussi, du moment que l’on porte une chemise bien repassée. Malgré mon briquet d’origine chinoise, mon téléphone a 250 livres, et les 500 qu’il me reste sur mon compte en banque pour finir le mois, je n’aurais aucun mal a pénétrer dans ce lieu de luxure des nuits égyptiennes.

Il est toujours bon pour l’image de la boite d’accueillir ce genre de clientèle ; cela donne un sacre coup de main pour redorer le blason de l’endroit ; car oui, en Egypte, être étranger, c’est la « classe ». Je repense soudainement a la fois ou je me suis fais refuser l’entrée de l’Etoile, ce night club de Metz ou je n’était probablement pas assez «dans le coup » pour avoir droit d’accéder a cet endroit.

D’ici j’aperçois la place Tahir, Zamalek, Sheraton, Marriot, Intercontinental, Sofitel, 4 Seasons. Ce soir, j’ai le Caire à mes pieds, un cocktail dans la main, me trémoussant sur le rythme endiablés des derniers tubes R’n’B de l’été. En cas de petit creux, je pourrais me commander quelques tapas, histoire de changer un peu des sushis. J’observe les cairotes 12 étages plus bas, sur le pont Kasr El Nil, s’immortalisant a coups de flashs en compagnie des statues de lions géantes qui protégent l’accès au pont. Ils me donnent l’impression d’être des petites fourmies. Je me retourne, les clients se déchaînent sur la piste de danse, levant leurs bras vers les étoiles sur la dernière chanson de David Guetta. La fête bat son plein.

1.00 AM, les quelques litres d’alcool ingérés aidant, je me sens invincible. 3

.30AM, je pénètre dans l’ascenseur, et descend les 12 étages. J’ai enfin les pieds sur terre.

Welcome back in the real world.

Publié dans A visiter

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

pat 24/08/2008 01:39

C'était bien aussi chez Camille, même si l'on a pas dansé :)